China National Petroleum Corporation (CNPC), principal producteur et fournisseur d’hydrocarbures chinois, est également l’une des plus grandes sociétés de services gaziers et pétroliers au monde, et un acteur réputé du BTP et du génie civil. D’après le rapport annuel 2010 du Financial Times, CNPC pesait cette année-là 329,3 milliards USD, et figurait ainsi au sommet du classement FT Global 500, parmi les entreprises les mieux cotées.

À la faveur d’une croissance économique très rapide, la demande en hydrocarbures et produits dérivés n’a cessé d’augmenter en Chine. L’entreprise s’est donc considérablement développée et certains aspects de l’organisation ont été particulièrement sollicités.

Par conséquent, le système de communication conventionnel n‘était plus en mesure de répondre aux exigences du travail au quotidien. En 2007, CNPC et les autorités du district de Changping, à Pékin, ont conclu un cadre de coopération stratégique pour la construction d’une base pétrolière et gazière de pointe intégrant un pôle dinnovation scientifique et technologique, un pôle de développement de produits et un site de fabrication.

Avec ce projet de construction, d’une superficie totale de 1,5 million de mètres carrés, CNPC entend devenir un acteur complet du secteur international de l’énergie.

Enjeu : un système de communication hautes performances

Le parc scientifique et technologique envisagé par CNPC est un projet d’envergure : un sous-sol et 11 étages au-dessus du sol, dont 3 étages pour former le socle du bâtiment. Le sous-sol, qui comprend un garage, un local technique et un espace de stockage, a été construit en deux phases.

La zone de construction totale dépassait les 200 000 mètres carrés , avec plus de 160 000 m² au-dessus du sol et de 39 000 m² de bâtiment en sous-sol. Pour être efficace, un tel parc scientifique et technologique doit disposer d’un système de communication hautes performances. CNPC avait donc besoin d’unifier la répartition et les appels individuels, les appels de groupe, la messagerie texte, le regroupement libre et d'autres fonctionnalités de communication pratiques pour l’ensemble des départements.

L’entreprise recherchait une solution de communication complète et hautement évolutive, de préférence en mode numérique pour renforcer la répartition et disposer de fonctions de regroupement avancées.

Solution proposée par Hytera

Ayant parfaitement identifié les besoins de CNPC, Hytera a proposé un système de communication radio numérique mobile (DMR) à ressources partagées.

Ce système de communication sans fil comprend des canaux partagés entre plusieurs utilisateurs et plusieurs secteurs, et chacun de ces canaux peut être géré et utilisé dynamiquement. Le système, qui sert principalement à contrôler et répartir les communications, présente les avantages suivants : un temps de réponse court, une utilisation simple et une répartition multiniveau sur une large gamme de communications sans fil.

Pour le parc scientifique et technologique de CNPC, Hytera a mis en place un système numérique à ressources partagées comptant 4 porteuses et 8 canaux grâce à la technologie TDMA, qui répartit les transmissions sur deux intervalles. Au sein de ce système, 1 station de base DMR professionnelle, 4 terminaux mobiles de partage des ressources numériques et 50 portatifs numériques.

Résultats

  1. Forte capacité antiparasitage, qualité audio élevée et longue distance de communication
  2. Doublement de la capacité de communication grâce à la technologie TDMA
  3. Différents types de communication (notamment appel individuel, appel de groupe et appel général) avec une fonction de groupement flexible
  4. Fonctionnalité de gestion puissante, avec paramétrage du système et gestion des informations utilisateur
  5. Rendement élevé grâce à l’allocation et à la gestion dynamiques des canaux, et grande stabilité du système grâce aux canaux dédiés au signal numérique
  6. Conception modulaire qui renforce la capacité de répartition et l’évolutivité du système pour prendre en charge davantage d’utilisateurs dès que nécessaire
Revenir à la liste Case Studies

5 janvier 2017